thibault marty, September 4 2018

Startup VS ecommerce : des business pas si différents

La version audio est directement accessible sur Medium : https://medium.com/@thibomcfly/startup-vs-ecommerce-des-business-pas-si-diff%C3%A9rents-fbbcb88d62ce

Aujourd’hui j’aimerais vous partager un constat de 2 mondes qui me fascinent : celui des startups et celui du e-commerce.

Des objectifs différents

Je fais volontairement une différence entre ses deux types d’entreprises pour la simple et bonne raison qu’elles ont des objectifs et une temporalité différents.

Qu’est-ce qu’une startup

“Une startup est une entreprise qui se lance sur un marché indéfini.”Eric Ries, auteur du Lean Startup

Elle n’est donc sûre de rien. Ni que son concept à de la valeur, ni que des clients soient prêts à payer pour. Bien souvent, c’est sur une hypothèse que la startup lancera la création de son produit/service.

Son objectif premier ne peut donc pas être financier. Entre l’incertitude du marché et les temps de réalisation du produit, il est difficile de se projeter sur une viabilité financière à court terme. D’ailleurs, personne ne se dit : “En 6 mois, si je ne fais pas d’argent, j’arrête tout.”

Qu’est qu’un e-commerce

Un e-commerce peut se résumer par la vente de produit sur internet. Peu importe les logistiques employées derrière (stock, dropshippingprint ondemand, etc…). Son point de départ est le sourcing de produit et la vente de ceux-ci à de potentiels clients.

Son objectif est financier. Le but est de gagner de l’argent dans un temps assez court, on estime qu’en 3 mois, un e-commerce qui ne gagne pas d’argent est un e-commerce mort…

Alors, Startup ou E-commerce ?

D’après les deux définitions, cela devrait être assez simple, sauf dans le cas où un entrepreneur se lance dans la vente d’un produit innovant sur internet…

C’est un cas assez récurrent dans mes formations. Je dirais que tout dépend l’innovation :

Si le produit a un usage classique mais en plus performant (comme le cas de produit cosmétique, l’usage ne change pas) alors je parlerais d’un e-commerce. Les moyens de distribution, d’acquisition et de ventes seront similaires car le client connaît l’usage du produit. Pour exemple, une crème de visage sera dans 100% des cas, connu par le client. À la réception du produit, il saura quoi en faire.Si le produit apporte une innovation et donc une nouveauté au niveau de l’usage (comme le cas d’un service ou encore un produit technologique) alors je parlerais d’une startup. En effet, vous devez répondre par vous même à plusieurs questions : à quel besoin je m’adresse, pour quelle cible, comment lui proposer une innovation à vendre alors qu’elle ne connaît pas son usage, etc. La vente s’effectue donc sur la promesse de remplir un besoin.

Mais finalement, on s’en fout…

Que vous soyez l’un ou l’autre ne change pas grand chose, et je vous explique pourquoi en 5 points :

✅Un business se construit sur le besoin du client. Vous devez comprendre qui il est et quels sont ces désirs cachés. Des outils comme les personas et la carte d’empathie sont là pour vous aider.

Un business viable doit permettre de gagner de l’argent assez rapidement. Je ne dis pas d’en gagner beaucoup mais l’argent est le seul élément qui permet une confrontation direct avec votre marché. 1, 10, 50, 100 clients qui achètent, auront toujours plus de valeur que 1000 prospects intéressés.

Un business viable doit être focus sur le long terme. Que vous soyez startuper ou e-commerçant, vous devez pérenniser le gain sur une période d’1 an au minimum. Les fameux miracles de “je passe de 0 à 10 000€/mois” ne fonctionnent que pour des personnes ayant déjà une maîtrise bien établie dans le game.

Vous devez tout tester en permanence. Produit/service, message, contenu, cible. C’est simple, partez du principe que vous ne connaissez rien à votre marché. Chaque apprentissage deviendra un cercle vertueux. Par exemple, plus vous en apprendrez sur votre cible, plus vous aurez des segments pertinents avec des périodicités d’achats différentes, des paniers moyens différents, des préférences produits, etc… On peut aller très loin comme ça.

L’apprentissage, le travail et la vitesse seront les facteurs clés de votre réussite. Restez humble, mettez votre ego de côté et regarder la réalité en face. Réussir vous coûtera du temps, de l’effort, de la persévérance… c’est simple, on a rien sans rien. Et toute personne vous disant le contraire, vous prend pour un pigeon.

Written by

thibault marty

Previous “Tu dois choisir, c’est ton boulot ou moi”
Next Les 5 étapes clés pour démarrer en 2018